4 Conseils pour initier un cheval à l’utilisation de la bride

Apprenez son fonctionnement

C’est le premier élément qui vous permettra de bien vous servir de la bride : comprendre comment elle fonctionne. Pour faire simple la bride est une embouchure qui comprend deux mors. Tout d’abord un mors brisé simple, que l’on appelle le mors de filet. Ensuite un mors droit, à branche et à gourmette, que l’on appelle le mors de bride, ou mors l’Hotte, qui se trouve placé en dessous du mors de filet. En conséquence de la présence de deux mors vous aurez deux paires de rênes dans les mains. Une classique, branchée sur le mors de filet et une autre traditionnellement plus fine et sans boucle, branchée sur le mors de bride. Il n’existe pas de règle officielle sur quel type de mors brancher quel rêne.

Astuce: Au delà de la tradition, le fait d’avoir deux paires de rênes différentes, comme celles décrites plus haut, permet de les distinguer facilement et de savoir à tout moment sur quel mors on agit. Le fait que les rênes de brides soient les plus fines incite inconsciemment le cavalier à agir avec plus de douceur dessus car le mors de bride est le plus sévère des deux mors que porte le cheval dans sa bouche.

Pourquoi deux mors ? Parce qu’ils n’agissent pas de la même manière. Le mors de filet agit sur la commissure des lèvres. Il a un effet releveur, c’est à dire qu’il a pour effet d’inciter le cheval à redresser sa tête et son encolure et à ouvrir l’angle entre les deux. Il a aussi un effet décontractant car en agissant sur la commissure des lèvres il peut servir à déclencher la déglutition du cheval. On entend alors ce que certains auteurs appellent le doux tintement des mors qui se touchent.

Le mors de bride agit quand à lui sur les barres. Il s’agit de la partie de la mâchoire du cheval qui est dépourvue de dent et qui se situe entre les incisives (ou les crochets chez un mâle ou un hongre) et les molaires. Grâce à sa gourmette le mors de bride agira avec un effet de bras de levier sur cette partie sensible de la bouche du cheval. C’est pourquoi, si l’action de ce mors est utile et, bien employée, sans aucun danger ou même douleur, elle doit cependant être délicate et précise. Ce mors a ce qu’on appelle un effet abaisseur. Il va inciter le cheval à faire deux choses. Tout d’abord le cheval va chercher à fermer son angle tête encolure. Ce qui permet d’affiner sa mise en main. Ensuite, et c’est l’effet le plus important de ce mors, il va inciter votre cheval à baisser son encolure.

Rappel: il est à noter que le mors de bride étant un mors droit, pour agir il faut avoir un  contact symétrique des deux côtés. Sans cela l’un des deux côtés s’abaisserait alors que l’autre se lèverait, empêchant toute action du mors. Il s’agit donc d’un mors avec lequel on ne peut pas dissocier l’action de ses mains d’un côté ou de l’autre.

L’intérêt principal de la bride ne réside pas dans son mors à branche ou dans son mors de filet mais bien dans la combinaison des deux. Par exemple si vous combinez adroitement l’utilisation du mors de bride avec celle du mors de filet vous pouvez obtenir de manière certaine que votre cheval étende son encolure sans pour autant qu’il ne ferme l’angle entre celle-ci et sa tête. Vous avez ici un moyen très puissant d’obtenir une extension d’encolure, et donc de travailler le dos de votre cheval, même chez un individu très compliqué de ce point de vue là. Il ne s’agit là que de l’un des exemples de ce que l’on peut faire avec une bride.

L’autre intérêt de la bride est davantage psychologique. En effet le mors de bride est de part son type d’action et la zone où il agit extrêmement précis, le moindre gramme de pression supplémentaire est immédiatement senti par le cheval. Le mors de filet est quand à lui plus fin qu’un mors simple monté sur un bridon. Il y a à cela deux raisons. Tout d’abord réduire la quantité de métal présent dans la bouche du cheval, pour son confort, mais également pour augmenter la précision de son action. Plus un mors est fin plus son action est ressentie clairement par le cheval. La bride est donc un outil, à la fois par la forme de ses mors mais aussi par la variété des actions qu’elle permet, extrêmement précis et clair. Cela amène quelque chose pour le cheval, s’il a été bien préparé à la bride, il est sûr de ce qu’on lui demande. Cette certitude est pour lui facteur de tranquillité et de sérénité. Une bride bien employée a un effet relaxant très fort sur les chevaux.

 

 

Vérifiez ses réglages

Pour que la bride soit un outil apprécié de votre cheval, et c’est parfaitement possible, le premier critère concerne ses réglages. Pour le mors de filet le réglage sera la même que sur un bridon, il doit  générer deux à trois plis au niveau de la commissure des lèvres.

Astuce: gardez à l’esprit lorsque vous faites vos réglages que dans les premières minutes où vous mettez une embouchure à un cheval il contractera toujours un peu ses lèvres, même après des années de bon travail. Vous serez donc surpris de constater lorsque vous mettez pied à terre en fin de séance de voir que le mors génère moins de plis autour de la commissure des lèvres qu’en début de séance. Un mors réglé avec trop peu de plis en début de séance peut même ne plus être tout à fait en contact avec la commissure des lèvres après dix à quinze minutes de travail.

Le mors de bride se place quand à lui en dessous du mors de filet. Lorsque les mâchoires de votre cheval sont immobiles les deux mors ne doivent pas être en contact. Le placement du mors de bride ne doit cependant pas excéder de plus de quelques millimètres en dessous de la zone où les deux mors seraient en contact.

Pour la gourmette. Elle doit être ajustée pour que le mors de bride entre au contact des barres lorsque sa branche fait un angle de quarante cinq degrés avec la bouche du cheval. Notez que les maillons doivent être accrochés de manière symétrique de chaque côté de la gourmette. Il ne s’agit pas que d’un aspect esthétique. Par exemple, si vous accrochez votre gourmette au dernier maillon d’un côté et au quatrième de l’autre l’action de la gourmette pourrait ne pas être homogène sur la barbe du cheval étant donné que la densité des maillons n’est pas la même sur toute la longueur de la gourmette.

Enfin pensez à munir votre mors de bride d’une fausse gourmette. Il s’agit d’une lanière de cuir qui passe d’une branche à l’autre du mors de bride et dans un anneau de la gourmette qui lui est spécialement dédié. Il s’agit d’un élément de sécurité. Il a pour fonction de vous éviter de perdre votre gourmette si elle devait suite à un mouvement vif de votre cheval, ou à un accrochage dans votre sellerie lorsque vous rangez votre matériel, tomber par terre.

 

 

Utilisez le travail à pied pour apprendre à votre cheval le fonctionnement de la bride

La bride est pour le cheval un outil dont il doit apprendre le fonctionnement. Pour cela le meilleur moyen est le travail à pied. C’est dans ce type de travail que vous pourrez au maximum décomposer les différentes actions de la bride et éviter tous les éléments parasites à cet apprentissage.

Le plus simple est de commencer par des flexions de mâchoire sur le seul mors de filet. Pour ce faire, placez vous devant votre cheval, face à lui. Placez vos mains sur chacun des anneaux de son mors et poussez gentiment mais fermement la tête de votre cheval vers le haut. Arrêtez-vous seulement lorsque votre monture commence à mâchonner son mors tout en ayant la tête placée relativement haut. Lorsque c’est fait, relâchez progressivement le mors, caressez, flattez de la voix et même donnez un sucre si cette première étape a été difficile pour votre cheval. Recommencez ensuite cette flexion jusqu’à ce que votre cheval se redresse franchement et débloque ses mâchoires sur une simple pression sur les anneaux du mors de filet. Il aura alors parfaitement compris que ce premier mors sert à le rééquilibrer et le décontracter.

Rappel: vous ne parviendrez pas à ce résultat en une seule séance. Pour y parvenir il sera nécessaire de reprendre cette flexion, comme toutes celles qui seront décrites ici, tous les jours pendant quelques minutes en début de séance pendant plusieurs jours d’affilés.

Pour poursuivre l’enseignement de la bride il va être nécessaire d’aider votre cheval à faire un transfert mental de ce qu’il sait dans le contexte du travail à pied avec ce qui peut se passer dans le contexte du travail monté. Pour ce faire. Nous allons reprendre la flexion sur le filet simple mais cette fois-ci en nous plaçant à hauteur de l’épaule de notre monture. Vous attraperez la rêne qui se trouve de votre côté en tendant votre bras vers l’avant et vous attraperez la rêne du côté opposé en passant votre bras par dessus l’encolure de votre cheval juste devant son garrot. Ne placez pas ce dernier bras plus en avant sans quoi lorsque votre cheval lèvera la tête il vous le repoussera violemment, risquant de vous faire lâcher cette rêne ou de vous faire mal. Une fois vos deux rênes tenues vous allez fermer vos doigts dessus et monter progressivement vos mains. Le but est d’obtenir de votre cheval qu’il élève son encolure et déverrouille ses mâchoires. Lorsque vous y êtes parvenu vous pouvez relâcher vos rênes.

Attention: prenez garde de reposer progressivement votre main afin que votre monture ne se retrouve pas comme lâchée dans le vide et ne comprenne finalement pas vraiment ce qui se passe.

Répétez ensuite cette flexion jusqu’à ce que votre cheval adopte la posture souhaitée au plus petit soutient du poignet. Là encore plusieurs jours de travail brefs et réguliers seront nécessaires.

Pour terminer l’apprentissage à pied de la bride il est nécessaire de poursuivre en faisant des flexions de mâchoire sur le mors de bride seul. Cela afin de faire comprendre au cheval son fonctionnement. Pour réaliser cette flexion, placez-vous à côté de votre cheval à hauteur de sa tête. Prenez les deux rênes de bride en les croisant dans une seule main sous la barbe de votre cheval. Lorsque c’est fait, délicatement, fermez les doigts de votre main sur les rênes puis ramenez légèrement votre main en direction de l’encolure de l’animal. Vos rênes de bride vont se tendre et c’est normal, c’est ainsi que le mors va pouvoir agir. Faites simplement attention à ce que cette tension reste mesurée. Il s’agit d’agir avec le mors pour faire expérimenter et comprendre cette action au cheval et non pas de forcer une attitude.

La réponse souhaitée à l’action du mors de bride est un mouvement de la tête du cheval vers le bas. Au moindre signe de mouvement dans cette direction, même un simple millimètre, relâchez tout. Le mors de bride étant un mors puissant il faut être extrêmement modéré dans ses exigences et extrêmement rapide à récompenser.

Astuce: lorsque vous avez obtenu cette flexion une première fois ne la répétez à pied au cours de la séance qu’une seule autre fois, donc deux fois maximum au total. Ce mors est puissant et précis et le cheval comprendra vite ce qui est attendu de lui. Pour maximiser l’efficacité de son apprentissage veillez à l’épargner au maximum. En revanche répétez cette flexion, comme les précédentes chaque jour les premiers temps de l’utilisation de la bride avant chaque séance.

 

Attention: dans cet article sont présentées trois flexions de mâchoires différentes. N’attendez pas que votre cheval maîtrise parfaitement la première avant de passer à la seconde. Dès la première séance en bride commencez par exécuter la première, répétez -a quelques fois, puis, lorsque le résultat s’est un peu amélioré, enchaînez directement avec la deuxième puis enfin la troisième. Vous devez impérativement avoir expliqué à votre cheval le fonctionnement des deux mors qu’il a dans la bouche avant de le monter en bride la première fois.

Une fois que vous avez passé en revue les trois flexions,  montez à cheval. Une fois en selle, à l’arrêt reprenez les flexions de  mâchoire. D’abord travaillez sur le mors de filet par soutient du poignet, puis ensuite passez au mors de bride. Une fois que ces flexions sont vues et comprises par votre cheval à l’arrêt passez au même travail au pas. Ce travail sera également à faire au trot puis au galop. Mais vous pouvez vous permettre d’attendre que votre cheval soit échauffé au trot et ait fait plusieurs exercices d’assouplissements avant de lui demander ces flexions au trot. Dans le cas du galop vous pouvez attendre que votre cheval soit un peu plus expérimenté dans son travail en bride.

Astuce: lorsque ce travail préparatoire est bien mené il n’est pas systématiquement nécessaire de voir les flexions de mâchoires aux trois allures dès la première séance pour que le cheval comprenne le fonctionnement de la bride. L’arrêt monté et le pas peuvent largement suffire dans un premier temps.

 

 

Les différentes manières de tenir les rênes.

Il existe plusieurs manières de tenir les rênes de bride.

La plus couramment utilisée est la tenue dite en croisée ou à l’allemande.

IMG_2791
Tenue de bride en croisée

Elle consiste à faire passer les rênes de brides sous votre annulaire et les rênes de filet sous l’auriculaire. Si cette méthode est très facile à prendre en main elle présente tout de même certaines limites. Tout d’abord en croisant les rênes ainsi vous maintenez le mors abaisseur au dessus de votre mors releveur, ce qui pour votre cheval n’a rien de logique. Ensuite en tenant vos rênes de cette manière vous n’aurez que très peu de subtilités possibles dans le maniement de vos mors.

Rappel: sur les rênes le cavalier serre ses doigts ou bien tous en même temps ou bien du plus haut, l’index, vers le plus bas.

Votre rêne de bride passant au dessus de votre rêne de filet vous ne pourrez , tout simplement, pas agir sur votre mors de filet sans agir d’abord sur votre mors de bride. Le bénéfice de précision et de variété des actions proposée par la bride se trouve donc totalement neutralisée par cette manière de tenir ses rênes.

Une autre manière de tenir ses rênes est la tenue dite à l’anglaise. Ici les rênes de filet passent sous votre annulaire et vos rênes de bride sous votre auriculaire.

IMG_2793_DxO
Tenue de rêne dite à l’anglaise. Notez qu’ici la rêne de filet passe entre le majeur et l’annulaire. Cela permet d’écarter d’avantage les mors de filet et de bride. La tenue de bride à l’anglaise est donc une tenue de bride qui est aménageable.

Cette manière de faire est assez simple à prendre en main et présente l’avantage de maintenir le mors releveur au dessus du mors abaisseur. De plus ici toute action sur vos mors commencera par le mors de filet et non le mors de bride. Cependant en tenant ainsi vous constaterez certaines limites dans l’utilisation de la bride. En effet en vertu du principe qui fera que vous serrerez vos doigts du haut vers le bas, vous ne pourrez agir sur votre mors de bride sans agir auparavant sur votre mors de filet. De plus les rênes de filet étant tenues assez près l’une de l’autre, la distinctions de leurs effets par le cheval ne sera pas optimale.

Astuce: la tenue de rênes à l’anglaise n’est donc pas idéale pour apprendre l’usage de la bride à un cheval. En revanche par sa simplicité et sa logique elle peut être une bonne manière pour un cavalier de s’initier au maniement de la bride sur un cheval qui y est déjà bien éduqué.

Une troisième manière de tenir ses rênes est la tenue dite à la française ou encore à la Fillis[1]. Pour tenir vos rênes à la française vous passerez votre rêne de filet entre votre pouce et votre index et votre rêne de bride sous votre auriculaire. Vous viendrez coincer cette dernière ensuite entre votre index et votre majeur. Avec cette tenue de rêne le mors releveur se trouve positionné largement au dessus du mors abaisseur.

IMG_2790_DxO
Tenue de rêne dite à la française.

Vous disposez en outre d’une large gamme d’actions possibles sur chacun de vos mors. Par simple soutient du poignet vous pouvez agir sur votre mors de filet tout en relâchant totalement ou non (selon ce que vous souhaitez) votre mors de bride. En serrant les doigts vous pouvez agir sur votre mors de bride tout en ayant un large éventail de possibilités sur l’intensité de cette action et d’un simple basculement du poignet vers l’avant vous pouvez à volonté relâcher complètement vos rênes de filet. La tenue des rênes à la française permet donc de dissocier complètement l’action des deux mors de votre bride ou de les combiner, avec une grande amplitude d’intensité. Cette manière de tenir les rênes exploite un maximum les multiples possibilités de la bride tout en étant la plus claire et la plus délicate pour le cheval. Son seul défaut réside dans sa complexité. Elle en effet moins intuitive que les deux manières décrites précédemment et demandera à tout cavalier un peu d’entraînement pour être maîtrisée. Il faudra donc vous armer de patience et de sang froid, mais ce sont de toute façon des conditions nécessaires au maniement de la bride quelque soit la manière d’en tenir les rênes.

Enfin il existe une dernière manière de tenir ses rênes lorsque l’on utilise une bride. Il s’agit de la tenue dite trois pour un. C’est sans aucun doute la manière de tenir les rênes la plus compliquée à utiliser et maîtriser et la moins employée de toutes. Elle n’est guère utilisée en dehors de l’école espagnole de Vienne où elle fait partie de la tradition équestre de cette institution. Cette tenue se caractérise par le fait d’avoir dans votre main gauche (et uniquement celle-ci que vous soyez à main gauche ou droite ou gaucher ou droitier) les deux rênes de bride et la rêne de filet gauche.

IMG_2805
Tenue des rênes 3 pour 1

Cette main n’est pas placée à gauche de l’encolure mais au dessus du garrot, en face du nombril du cavalier. Votre main droite quant à elle ne tient que la rêne de filet droite et se trouve à droite de l’encolure. Enfin cette manière de tenir les rênes dispose de plusieurs variantes selon que l’on croise ou non rênes de bride et de filet dans la main gauche et que l’on tienne les rênes de filet entre le pouce et l’index de chaque main ou qu’on les coince entre d’autres doigts.

[1]Du  nom de l’ecuyer James Fillis qui popularisa, sans l’inventer, cette manière de tenir les rênes au cours du XIX° siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close