Deuxième année

Alors que nous avons passé plus d’une année à travailler ensembles Bella et moi je mesure tout le chemin parcouru. Ses défenses récurrentes au début de notre travail (coups de tête, arrachage de rênes, accélération brutales ou au contraire tétanie) on presque entièrement disparus. Seuls subsistent quelques très rares mouvements d’humeurs, le plus souvent pour me rappeler qu’il n’est pas très sage d’espérer plus d’un progrès par jour.

Bellagrande est aujourd’hui très calme sous la selle comme à pied. Elle se montre volontaire dans tous les exercices et généreuse dans l’effort. J’ai parfois l’impression qu’elle commence d’elle même à chercher la réponse aux nouvelles questions que je lui pose.

Son travail actuel va jusqu’aux appuyers au pas et au trot, sous toutes leurs formes: demi-travers, tête au mur, croupe au mur et même le début des demi-pirouettes au pas. Son calme m’autorise à faire un travail de transitions plus poussé allant des transitions reculer galop au début du trot d’école et du trot allongé. Nous préparons même le travail de diagonalisation en place : le début de l’étude du piaffer. Seul le galop, quoique bien meilleur qu’auparavant reste, compte tenu de l’excitation qu’il peut parfois générer chez Bella, axé sur un travail volontairement bien plus simple.

Les progrès de la jument nous autorisent même un travail plus complexe à pied. Galop en ligne droite en longe, travail de deux pistes à pied en main et un début de galop, sur le cercle,  aux longues rênes.

Voici un vidéo de Bella après 16 mois de travail.

 

Après 20 mois de travail commun et malgré 2 mois d’interruption à cause du Covid-19 Bellagrande ne cesse de progresser. Ces allures ont gagné en souplesse et en décontraction. Elle accepte même par moments d’augmenter l’amplitude de ses gestes. Son travail est également plus précis. Ces améliorations me permettent un travail plus pointu sur le travail de deux piste. Cela passe par trois points. Tout d’abord la recherche de régularité et de fluidité dans l’exécution des exercices. Ensuite je souhaite obtenir un contrôle accru des hanches de Bella, afin de davantage solliciter ses postérieurs dans le travail. Enfin je peux augmenter mes exigences en termes de pli dans le travail de deux pistes.

Tous ces progrès nous amènent lentement mais surement vers un nouveau niveau de travail en dressage et nous rapproche un peu plus de la haute école.

 

Après deux ans passés ensembles Bella à énormément changé. Le travail de deux pistes, les extensions d’encolure et le début du travail au pas et au trot d’école on métamorphosé son corps. Sa musculature s’est développé et est devenue harmonieuse. Cela lui permet des allures bien plus souples, déliée et régulières. Cela nous autorise également à aborder doucement le piaffé, le passage et les changements de pieds au galop. Enfin cela nous permet de complexifier le travail de deux pistes: contre-changements de main en appuyer au trot, enchaînements de mouvements, têtes au mur au galop, etc.

Bien du travail reste à faire mais un très grand chemin à déjà été parcouru depuis notre rencontre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close